Close
  • Ecoles Post Bac

Métiers : Guide Ultime Pour Faire Le Choix Qui vous Convient Le Mieux

Ton métier, c’est une grande partie de ton identité. Il définit ta place dans la société et influence le regard des autres. D’ailleurs, c’est souvent la première question qu’on pose quand on fait connaissance avec quelqu’un. Or, choisir son métier, c’est loin d’être facile… Il faut faire matcher son orientation post bac et les tendances de l’emploi. Cela demande d’être bien informé et de se poser les bonnes questions. Par ailleurs, le marché du travail évolue très vite en ce moment. Pour cela, nous t’avons préparé un scan complet des tendances métiers actuelles et à venir. Bonne lecture !

 

Métier débouchés post bac

Nous assistons en ce moment à l’éclosion de nombreux nouveaux métiers et pas seulement dans le digital. Cependant, pendant que certains métiers font leur apparition, d’autres disparaissent… « D’ici 2030 tout va changer. Tous les jobs automatisables vont l’être, tous les jobs types chirurgie pilote d’avions vont aussi beaucoup évoluer avec AI. C’est 80% de nos jobs qui vont changer. Il va y avoir une redistribution de nos emplois. » nous affirme Alexandre Pachulski, co-fondateur de Talentsoft (éditeur d’applications dédiées à la gestion des talents), auteur, blogueur, et passionné par tout ce qui permet à l’humain de s’épanouir et d’exprimer pleinement ses talents.

A ton âge, où le moment est venu de faire ou refaire un choix d’orientation professionnelle, les temps sont durs. Mais comment savoir si la branche que tu choisiras sera la bonne ? Jean Noel Chaintreuil, fondateur et directeur du laboratoire d’innovation et d’acculturation digitales, 231e47 et accompagnant des entreprises et institutions menant leur transformation digitale te donne deux critères importants à retenir dans le choix d’un métier : « Les compétences techniques, les prérequis et l’adéquation avec la culture de l’entreprise. Préparez-vous et lisez. On n’arrive pas à un entretien les mains dans les poches ». En plus, il faut aller chercher des informations telles que les taux d’embauche, le salaire ainsi que les perspectives d’évolution.

Selon une récente étude parue dans les Echos, les jeunes entre 18 et 30 ans sont moins de 50% à savoir quel métier ils souhaitent exercer plus d’un an avant d’être embauchés. Depuis l’arrivée de l’ère digitale, les jeunes ont besoin de plus de temps pour distinguer les secteurs qui recrutent. Concilier un métier avec de bonnes chances de carrière et ses aspirations personnelles implique de bien s’informer et en avance !

Aujourd’hui, il faut se renseigner sur les tendances du marché de l’emploi et anticiper les métiers émergents et en déclin. Car l’accumulation de diplômes n’est plus désormais le garant d’une carrière stable et rémunératrice. En effet, si les métiers peu qualifiés et les postes de secrétariat en entreprise sont souvent menacés par l’avènement du digital, le chômage chez les jeunes touche aussi entre 45% et 57% des titulaires de certains master en sciences humaines par exemple.

Les offres d’emploi se trouvent toujours majoritairement dans le secteur des services (75% des emplois), mais le secteur de la vente au détail promet plus de 200 000 créations de postes dans les 10 ans à venir. Dans le secteur agricole, le nombre d’exploitants ne cesse de décroître. Pourtant, le développement du bio apporte des perspectives plus rentables que l’agriculture traditionnelle. Dans le tertiaire, certains secteurs sont promis à un développement sans précédent : la santé, les soins à la personne, l’hôtellerie/restauration, le loisir et l’informatique vont avoir besoin de personnel qualifié pour faire face à une demande croissante. Par ailleurs, la révolution du digital entraîne l’émergence de nouveaux métiers chaque année. Qui connaissait les UX designer il y a encore 5 ans ?

L’impact de l’ère du digital sur les métiers

Depuis le début du 21ème siècle, le digital bouscule progressivement tous les milieux professionnels. Pour l’instant, il est encore impossible de mesurer les conséquences exactes sur le nombre d’emplois, parce que le phénomène est encore en cours. La révolution digitale est au cœur de ce qu’on appelle la “destruction créatrice”. Autrement dit, la disparition de certaines professions est compensée par l’apparition d’autres. Dans les médias, les effets d’annonce fantaisistes se confondent avec les analyses plus réalistes, alors comment s’y retrouver ? On fait le point sur l’impact du digital sur le marché de l’emploi en France.

Les métiers menacés par le développement du digital

Selon Jean Noël Chaintreuil : « tous les métiers vont être impactés » par cette transformation digitale.

En effet, le risque de disparition de métiers à cause du digital est dû à deux aspects propres aux nouvelles technologies :

  • l’automatisation, déjà présente depuis l’entrée dans l’ère industrielle, mais accélérée par les récents progrès
  • l’ubérisation, en référence à la célèbre entreprise américaine qui a créé un service de chauffeurs indépendants via une application mobile, court-circuitant le système traditionnel des taxis.

En réalité, l’automatisation menace effectivement certains postes peu qualifiés : ouvriers non qualifiés de la manutention et des industries de process (surtout le textile) en premier lieu. On parle aussi des secteurs de transports et de la logistique. Ces secteurs sont directement concernés par le développement des véhicules sans conducteurs ou des drones. Pour l’instant, cela demeure pourtant un secteur en pleine expansion.

On avait aussi annoncé la disparition totale des agents de caisse. Dans les faits, si les embauches ralentissent, le métier ne disparaît pourtant toujours pas.

Que penser de la disparition de postes plus qualifiés, comme les comptables, annoncée dans une étude de l’université d’Oxford ? En fait, ce sont surtout leurs outils de travail qui vont évoluer. Aujourd’hui, le comptable a beaucoup de tâches répétitives qui peuvent être automatisées. Un logiciel spécialisé peut par exemple, prendre des décisions paramétrées et faire gagner beaucoup de temps.  Il en va de même pour les Ressources Humaines, dont le métier est en pleine transformation numérique en ce moment.

En ce qui concerne l’ubérisation, certains types de commerces voient leur métier évoluer. Il n’est pas encore possible de dire aujourd’hui s’ils vont disparaître. C’est le cas des hôtels, agences immobilières, agences de voyage, agences bancaires, par exemple. Aujourd’hui, on ne peut donc pas avoir de certitude concernant la disparition de centaines de métiers suite aux avancées technologiques de l’univers digital. En revanche, les business models de beaucoup de ces professionnels vont certainement devoir évoluer vers plus d’automatisation et une mise en avant des qualités humaines pour les commerçants.

Les nouveaux métiers du digital

Le digital entraîne la création de nombreuses compétences. Beaucoup de secteurs sont impactés et on sait que c’est probablement seulement le début. On remarque que le digital crée aussi bien des emplois très peu diplômés que des professions hautement qualifiées. Dans le secteur du digital, ces postes à forte valeur ajoutée sont difficiles à pourvoir. On parle donc de “métiers en tension”. En conséquence, dans 94% des cas, les recrutements donnent lieu à des CDI. De plus, les salaires peuvent être très motivants dès les premières années. En effet, les formations commencent tout juste à se mettre en place … Et malheureusement beaucoup de professionnels de l’orientation ne connaissent pas encore suffisamment bien ces métiers pour les présenter aux étudiants . Par ailleurs, la révolution digitale est toujours en cours. Parmi les nouveaux métiers apparus ces 10 dernières années, certains ont déjà disparu ou presque, comme le webmaster. Voilà pourquoi il est nécessaire de suivre les tendances sur plusieurs années. Pourquoi ? Pour se rendre compte des évolutions et ne pas se lancer tête baissée dans une voie qui ne durera pas.

métiers débouchés post bac

On trouve de nouveaux métiers directement en lien avec le digital dans plusieurs secteurs. De nombreuses revues, comme Capital, nous aident à dresser la liste des tendances professionnelles du digital :

  • Le secteur de l’informatique est le premier auquel on pense. Avec une formation bac +3, des postes d’intégrateur web ou de traffic manager sont accessibles.

Pour les titulaires d’un bac+5, il y a le choix entre développeur, Ingénieur Cloud Computing, Technologue créatif et Chef de projet technique Web, par exemple.

  • La communication et le marketing, sont des secteurs ayant vu apparaître de nombreux métiers au cours des 10 dernières années. On connaît désormais bien le Community Manager ! Cependant, on connaît moins ses collaborateurs proches : le rédacteur web, le responsable médias, le Brand Manager, le veilleur de E-réputation, le Web-evangelist, le consultant référencement SEO, le chef de projet digital, ou encore le CDO (chief digital officer), qui est chargé de superviser la transformation numérique d’une entreprise.
  • Le commerce a vu émerger aussi de nouveaux professionnels spécialisés dans le suivi du parcours client sur un site internet. C’est notamment la mission du Responsable Commerce E-CRM.
  • Le Big Data est en passe de devenir l’eldorado. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises sont prêtes à mettre de gros moyens. Pour réussir à collecter, stocker et surtout analyser les données internet et les traduire en informations compréhensibles et utilisables par le reste des collaborateurs, de nouveaux experts ont vu le jour. Vous avez peut-être déjà entendu parler du Data Scientist ? Mais savez-vous qu’on a également besoin d’un data analyst, chief data officer, big data architect, data protection officer ? Des métiers associant les compétences juridiques et la gestion des données commencent aussi à faire leur apparition.
  • La sécurité est presque autant un enjeu que les données. Aujourd’hui de plus en plus d’entreprises se rendent compte qu’elles ont beaucoup à perdre sans l’embauche d’un expert en cybersécurité. Il ne serait pas étonnant que d’autres métiers émergent dans ce domaine. Citons entre autres les consultants SEO qui se spécialisent dans la détection des pratiques malhonnêtes. Ce dernier permet à ses clients de faire face aux menaces !
  • Le design et l’ergonomie dédiés au digital occupent une place bien particulière. Ce sont des postes à la fois créatifs, techniques et très centrés sur l’humain. On y trouve des ux designer, ui designer, web designer, ainsi que l’animateur 2D-3D et le game designer, qui ont surtout une bonne connaissance des langages de code.
  • La maintenance informatique et technique va se développer dans les prochaines années. Plus les systèmes utilisés par les particuliers et les entreprises sont complexes et indispensables, plus il faut de bons techniciens pour les réparer en cas de panne.

Il y a encore des métiers qu’il est difficile de classer car ils font appel à des compétences transversales. Au fur et à mesure que de nouveaux besoins se font sentir, des savoir-faire se créent pour y répondre. Au bout de deux ou trois ans, ils deviennent une fonction à part entière. C’est le cas du géomaticien, à la fois un géographe et spécialiste en informatique. Celui-ci développe des services géolocalisés pour des applications mobiles.

Si l’on en croit RegionsJob (site d’offre d’emploi en ligne), il y a beaucoup de secteurs qui recrutent, dans des domaines très variés.

Service à la personne et entretien

Les besoins augmentent avec le vieillissement de la population et les nombreuses naissances de ces dernières années. Avec le développement de la médecine ambulatoire, et le maintien à domicile, ces professionnels vont devenir des acteurs clé du marché de l’emploi dans les prochaines années. Ce n’est pas le secteur qui propose les meilleurs salaires, mais qui embauche des personnes formées, responsables et dynamiques. A l’horizon 2022, selon une étude de la Dares, le service à la personne (SAP) et les agents d’entretien devraient représenter pratiquement 500 000 nouveaux emplois, sans compter les départs en retraite. On compte entre 15 000 et 25 000 offres d’emploi par mois dans ce domaine selon Indeed, et il y aurait eu plus de 85 500 projets de recrutements d’agents d’entretien en 2017 selon une étude publiée dans l’Express. Cependant, c’est le secteur avec le plus haut taux de chômage pour l’instant : 1 200 000 selon Pôle Emploi. Contrairement aux idées reçues, Pôle Emploi déclare que plus de 80% des salariés de ce secteur travaillent en CDI. Il ne faut cependant pas négliger le nombre d’indépendants, notamment parmi les assistantes maternelles et les aides à domicile.

Santé et paramédical

Malgré les coupes budgétaires dans les établissements hospitaliers, les besoins en personnel soignant sont croissants. Avec à peu près 211 000 demandeurs d’emploi, c’est d’ailleurs un secteur plutôt dynamique. La hausse du nombre de postes n’est pas uniforme sur toute la France… Cependant, ce secteur ne peut pas se permettre de réduire ses effectifs dans un pays vieillissant. Rien que sur les infirmiers, on attend 225 000 recrutements dans les 5 prochaines années, chiffres donnés par une étude menée par France Stratégie et la Dares. Les aides-soignants, moins qualifiés, vont également voir leur nombre augmenter.

Enfin, les besoins de personnel soignant libéral intervenant à domicile sont boostés par le développement de la médecine ambulatoire et du maintien des personnes âgées à domicile.

Finance, gestion et les métiers du chiffre

Le site efinancialcareers rapporte d’ailleurs que plus de la moitié des cabinets d’audit  au moins un poste par an, destiné le plus souvent à des profils junior.

Enfin, avec le déploiement de nouvelles réglementations, les besoins en gestion des risques et en régulation sont également croissants.

Commerce et vente

Pendant la crise, le secteur avait connu un sérieux ralentissement. Cependant, la reprise est amorcée et des recrutements ont de nouveau lieu pour certains métiers. Avec plus de 100 000 postes vacants si l’on en croit la DCF  et quelques 815 000 demandeurs d’emploi selon Pôle Emploi, c’est un secteur en plein renouvellement. Injustement boudé par les jeunes, ce secteur est pourtant celui qui offre le plus de contrats en alternance et en apprentissage. Les domaines y sont nombreux, le type de structures variées et on y recrute aussi bien des profils bac+2/3 que bac+5.

On attend 205 000 recrutements dans les fonctions commerciales selon France Stratégie et la Dares. Entre le commerce de détail, le domaine du luxe, la vente en gros en B2B, les commerces de proximité, la vente automobile et l’immobilier (qui a connu une hausse de 44% de recrutements en 2017 selon Indeed.com), les jeunes professionnels ont l’embarras du choix ! Rien que dans le secteur de la grande distribution, des postes de chef de rayon ou de directeur de magasin sont ouverts en permanence.

En postes cadre, il y a des carrières très intéressantes en tant que chef de zone export, ingénieur commercial, technico-commercial ou business developper.

Hôtellerie, restauration tourisme et loisirs

Le tourisme a connu une période difficile entre 2015 et 2016. Pourtant, le secteur ne cesse de recruter, notamment du personnel qualifié lui permettant de monter en gamme dans la qualité des services proposés. Malgré la concurrence des sites de location entre particuliers, l’hôtellerie continue à se développer. Dans son ensemble, le secteur devrait recruter plus de 310 000 professionnels ! Ces postes regrouperaient des fonctions très peu qualifiées ou cadres dans les 5 prochaines années, chiffres fournis par la Dares. D’ici 2022, on devrait recruter 117 000 agents de maîtrise (bagagistes, gouvernant, maître d’hôtel, hôtelier, maître de salle), 108 000 cuisiniers et plus de 85 000 cadres et patrons d’hôtels, de café ou de restaurants. La restauration rapide et la restauration collective recherchent entre 2000 et 10 000 personnes chaque année.

Les Métiers de L’informatique

L’informatique représente l’un des secteurs qui recrutent le plus de cadres : plus de 25 000 offres d’emploi par mois publiées en moyenne selon Indeed. On considère que 3 informaticiens sur 4 sont des cadres, contre 1 quart de techniciens. A raison de 190 000 postes à pourvoir d’ici 2022, c’est le secteur le plus moderne et actuel du moment. D’ailleurs, selon une étude de l’Apec relatée par le site spécialisé ZDNet, 66% des embauches concernent des informaticiens ayant moins de 6 ans d’ancienneté. Le web et les jeux vidéo ont toujours le vent en poupe, mais la domotique et la robotique devraient encore se développer.

Les Métiers du Transport et Logistique

Un secteur avec 25 000 offres d’emploi en moyenne par mois selon Indeed ! Secteur plutôt en forme donc, malgré ses 521 000 demandeurs d’emploi recensés par Pôle Emploi. Il y aurait entre 10 000 et 12 000 créations d’emploi par an, soit une augmentation de 87%. De plus d’ici 2022, toujours selon Stratégie France et la Dares, on pense que plus de 540 000 professionnels pourraient être recrutés. Pour l’instant, les transports se portent donc très bien et embauchent beaucoup de profils jeunes sur des postes peu qualifiés de maintenance et de manutention ou de conduite. Les ingénieurs et techniciens experts en logistique et transports sont ensuite les profils les plus recherchés. Les contrats d’embauche ne sont pas les mêmes d’un type de poste à l’autre et la saisonnalité existe dans ce secteur.

Les Métiers de l’Environnement et de l’Énergie

Entre urbanisation et recherche de solutions durables pour la gestion des eaux et des déchets, ce secteur a de très belles perspectives devant lui. Les emplois qui sont créés dans ce domaine concernent dans un premier temps des ingénieurs en développement durable, hydraulique et gestion des déchets, avec de bonnes connaissances en chimie. Dans un second temps, des emplois de technicien, d’agents de maintenance et de manœuvres devraient également se multiplier. Pour l’instant, la hausse des offres d’emploi dans le secteur est de 65% par an et le secteur, encore assez méconnu des instituts d’étude du marché du travail.

Enfin, il ne faut pas oublier le nucléaire, qui a besoin d’ingénieurs et de techniciens pour maintenir ses sites. Le démantèlement des centrales va prendre du temps mais il demandera également des profils spécialisés.

Economie sociale et solidaire

Il s’agit principalement d’emplois cadres en lien avec la formation, la santé et l’action sociale. Mais, on y trouve également des postes associés aux loisirs et à la finance. Pour beaucoup de cadres en sciences humaines (linguistique, ingénierie de la formation, psychologie), le milieu associatif constitue un vivier d’emploi. On attend de nombreux départs à la retraite dans les 5 ans à venir selon la Dares. Ce qui signifie donc qu’entre 500 000 et 600 000 postes seront à pourvoir. Le secteur ne suffit cependant pas toujours à embaucher à lui seul tous les cadres des sciences humaines qui entrent sur le marché chaque année et peinent à trouver leur premier poste. Les conditions de travail et les salaires ne sont pas toujours très motivants. Le journal Le Point rappelait récemment que certains métiers de l’économie sociale et solidaire se trouvent parmi les métiers qui recrutent le moins pour l’instant.

Défense et sécurité

L’Ile-de-France concentre un peu moins d’un poste sur deux dans le domaine de la sécurité. L’armée recrute entre 20 000 et 25 000 personnes chaque année, sans compter les entrées sur concours dans la gendarmerie, et ce chiffre est en hausse. La durée des engagements est variable, mais les opportunités concernent aussi bien les jeunes sans bac que ceux avec un bac+2 ou bac+5.

La police a augmenté de 8 200 postes ses effectifs entre 2012 et 2017 selon le gouvernement.

Dans le secteur public, le nombre de postes disponibles dépend du vote des budgets annuels. On peut identifier des leviers de hausse ou de baisse, mais les prédictions sont soumises aux aléas de la vie politique. On peut néanmoins estimer que les effectifs de police devraient encore augmenter dans les prochaines années, sans compter les renouvellements pour départ en retraite.

Dans le secteur privé, les métiers de la sécurité est aussi en développement avec 73 000 créations de postes prévues selon l’Insee.

Enfin, les aéroports sont de grands utilisateurs d’agents de sécurité. On en compte plus de 6 500 rien qu’en région parisienne !

Industrie et chimie

On a beaucoup parlé dans les médias des crises rencontrées par ce secteur. Pourtant, certains domaines continuent à recruter, soit parce qu’ils se développent, soit pour se renouveler et dépasser la crise.

L’industrie mécanique est l’un des rares domaines industriels qui embauche des ouvriers. Ils représentent 55% des recrutements du milieu. 25% sont de sans bac à bac et 25% de BTS et DUT selon l’Insee.

L’industrie aéronautique recrute en région parisienne et midi-pyrénéenne des techniciens d’usinage titulaires d’un bac pro mécanique. L’industrie automobile, recherche surtout des ingénieurs ayant préalablement fait un BTS.

Au total, on estime qu’il y a une hausse de 30% des offres d’emploi pour les métiers du secteur industriel hors textile et électroménager.

Pour conclure, le choix de formation post bac ne peut donc pas se faire au hasard. Plus un étudiant connaît le marché du travail, plus il a de chances de réussir son insertion professionnelle. Pour mieux se préparer face aux attentes des recruteurs, Jean Noël Chaintreuil préconise : « d’apprendre à apprendre, apprendre à évoluer, être curieux et développer ses compétences de collaboration », telles sont les compétences que les futures générations doivent développer.  Il ne s’agit pas d’être le meilleur partout, mais d’être là où on a besoin de vous. Chaque année, les chiffres du recrutement pour chaque secteur et l’évolution de l’économie permettent de connaître les nouvelles tendances. C’est essentiel pour faire un choix stratégique.

Cependant, il est aussi fondamental de se sentir à l’aise à son poste. Les stages et les cursus en alternance sont là pour ça. Chaque année, des milliers d’étudiants testent des métiers et acquièrent ainsi une meilleure connaissance de leur domaine professionnel et de leurs attentes personnelles.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *